« Nous n’avons jamais géré de communauté. Le community management n’existe pas. Pour la bonne et simple raison qu’on ne « gère » pas une communauté.

C’est une notion que nous avons inventée, le plus souvent pour nous rassurer, parfois aussi pour étoffer des offres de prestation, crédibiliser les dispositifs de communication via les médias sociaux qui prolifèrent.

Et passons sur la tentation idiote qui consiste à confondre le score d’une fan page avec la notion même de communauté.

Dans ce concept de « gestion de communauté » il y a du déni : un déni de la marque, confrontée à la réalité de son impuissance, et qui tout au plus, quand elle occulte le terme de « gestion » va au moins cristalliser quelque fol espoir sur celui d’ « influence ».

La marque, et ses promoteurs, ont désespérément besoin de rentrer dans le cadre d’un raisonnement pragmatique, rationalisé, factorisable, avec de possibles indicateurs de résultats – des résultats qui pourront toujours faire l’objet d’un discours soporifique et consensuel auprès de la hiérarchie, pour justifier que quelque chose « se passe », sensationnalisme des chiffres à l’appui.

Justifier, avant tout, que ce quelque chose est maîtrisable, puisqu’on le gère. Où le choix d’un terme n’a rien d’innocent – et révèle une propension à l’illusoire. »

Lire la suite sur ReadWriteWeb France…

 

Le community management ? Sa nouveauté est un leurre mais son évolution est réelle…
Étiqueté avec :