Les pratiques d’intelligence économique et de veille stratégique sont encore trop souvent mal comprises du grand public.

Pourtant, l’entreprise, aujourd’hui confrontée à un nombre croissant de menaces, a tout intérêt à s’appuyer sur ces nouveaux procédés qu’offre le développement d’Internet.

Le métier de veilleur s’affirme dans les entreprises avec de plus en plus de cohérence. En effet, l’environnement économique demande à être considéré dans sa diversité, ce qui nécessite de multiplier les angles de vue. Un réseau de veilleurs est un élément de réponse.

La veille en entreprise recouvre de nombreuses réalités : d’un centre de documentation un peu sophistiqué à un réseau d’experts organisés, en passant par une cellule ultra confidentielle, l’organisation de la veille, ses objectifs et les services qu’elle rend peuvent être radicalement différents d’une entreprise à l’autre. “(1)

Depuis 2007, la société DIGIMIND propose un baromètre des pratiques de veille.

Le baromètre 2008 (2), administré auprès d’un échantillon de plus de 100 responsables de veille des 1500 plus grandes entreprises françaises, apporte de nombreux éclairages et confirme certaines tendances identifiées en 2007.”

 

  • De nombreuses organisations sont insatisfaites de la performance de leur cellule de veille ;
  • Leur productivité en matière de recherche et veille d’informations sur Internet est faible, la prédominance de la presse perdure en matière de sources d’informations ;
  • Les entreprises utilisent encore largement les moteurs de recherche généralistes pour la recherche d’informations sur Internet ;
  • Les offres et services spécialisés existant sur le marché de la recherche et de la veille informationnelle sont encore méconnus des entreprises.

Mieux comprendre l’intérêt et la démarche de la veille en entreprise.

Nous reprenons ici des extraits d’une interview de Sylviane Descharmes, alors responsable de la veille industrielle au sein de l’Arist* Rhône-Alpes, interrogée dès 2004 par le Journal du Net. (3).

Comment définiriez-vous la notion de veille ?

Sylviane Descharmes. La veille est l’un des éléments de ce que l’on appelle l’intelligence économique. La notion d’intelligence économique se révèle sous trois aspects principaux. Tout d’abord la veille, qui consiste à observer et à analyser ce qui se passe autour de l’entreprise. Le deuxième aspect consiste, quant à lui, à se prémunir contre la veille des autres : savoir sur quoi on communique, le faire savoir à tous les salariés, créer des réflexes, voire inclure des clauses de confidentialité dans les contrats de travail. Enfin, le dernier aspect de l’intelligence économique est le lobbying, c’est-à-dire l’injection d’informations dans l’environnement de l’entreprise pour une prise de décision profitable.

Quels sont les enjeux de la veille ?

Pratiquer une veille dans son entreprise c’est avant tout se munir d’une assurance, c’est-à-dire éviter les catastrophes, en surveillant l’environnement de l’entreprise : concurrents, clients, fournisseurs… C’est également une source d’innovations qui stimule la recherche et le développement de nouvelles idées.

La veille revêt-elle des formes diverses ?

La pratique de la veille en entreprise revêt de nombreuses formes, normalisées et structurées, ou pas du tout. En mode normalisé, il s’agit généralement de services internes spécialisés dans la veille, utilisant des logiciels ou d’autres outils déjà cités.

Comment peut-on organiser la veille en entreprise ?

Au sein d’une entreprise, tout le monde peut jouer un rôle. C’est en structurant la veille que l’on définit des tâches à accomplir et donc des rôles. On discerne entre autres le “capteur” qui récolte les informations, qui sont alors analysées par des “experts”. Une autre fonction devient essentielle : celle de l’animateur. Ce dernier doit être le lien entre les multiples acteurs de la veille, les canaliser sur un projet précis et entretenir un certain dynamisme. Si ce rôle ne se traduit pas forcément par un poste à part entière, il est nécessaire qu’une personne interne à l’entreprise s’en charge à proportion de 10 ou 20 % de son temps. Cet animateur doit avoir l’aval de la direction.

La veille en entreprise nécessite-t-elle des pré-requis ?

Oui. Une veille efficace nécessite un environnement propice. L’entreprise doit cultiver une ambiance de partage. La veille doit également être basée sur un projet d’entreprise. Quant à l’implication de la direction, elle est essentielle pour mener à bien ce projet.

Comment analysez-vous le marché de la veille en France ?

Malheureusement la veille ne concerne que trop peu les petites entreprises.[…] Les dirigeants savent ce que c’est, font de la veille de façon intuitive, mais il n’y a pas forcément de concrétisation. On peut donc dire qu’il reste beaucoup à faire concernant la veille en France. Il faut convaincre les entreprises une à une de l’intérêt de la veille, à partir d’exemples dans lesquels elles se reconnaissent individuellement.

Qu’est-ce qui freine au juste les PME ?

[…]Le frein le plus important est le temps. La veille ne nécessite pas forcément des outils très sophistiqués, et peut démarrer simplement en exploitant les ressources Internet. Néanmoins, une pré-recherche demande beaucoup de temps surtout lorsqu’on ne sait ni où, ni comment chercher. Pour de petites entreprises qui n’ont pas les moyens financiers, techniques ou humains, la veille peut donc paraître hors d’atteinte.

Quelles pratiques ?

Comme toute activité de conseil auprès des entreprises, celle des professionnels de la veille technologique et de l’intelligence économique respecte des pratiques légales et déontologiques.

En particulier, les professionnels s’engagent à :

  • N’utiliser que des sources Internet librement et légalement accessibles ;
  • Vérifier les informations collectées ;
  • Distinguer clairement les informations brutes de leur interprétation ;
  • Citer leurs sources ;
  • Respecter la confidentialité des information recueillies.

C’est dans ce cadre strict que se situent l’ensemble des actions de conseil et de formation du cabinet TerraNueva.


Sources :
(1) Béatrice Vacher – CNRS – A quoi sert la veille en entreprise ?
(2) “Le Baromètre 2008 des pratiques de veille des entreprises françaises – Extraits”
(3) Sylviane Descharmes – Journal du Net

Les pratiques de la veille en entreprise
Étiqueté avec :